Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Guignol Madelon
  • Guignol Madelon
  • : Notre passion pour les MARIONNETTES nous a ammené à faire une collection de marionnettes anciennes de théâtre, et de faire des spectacles de GUIGNOL.C'est la vie de tout ce petit monde que nous racontons en ligne dans ce BLOG.
  • Contact

avec Lisbeth.

Drôle de passion que celle des marionnettes ,quand on tombe dedans vers 20 ans (àge ou les copains rêvaient de guitares élécriques et  de rock ) il est bien difficile de ne pas succomber à leur charme . Aujourd'hui quelque 40 ans après la rage est toujours la même et si le collectionneur prend souvent le pas sur le raisonnable  nous sommes très fiers de tout ces "enfants" au milieu desquels nous vivons.

000_0308.jpg                                                                                             

 

SOYEZ A L'HEURE

 

Pour savoir le temps que vous passez sur ce blog!!!

Mon livre d'or 

11 juillet 2011 1 11 /07 /juillet /2011 13:38

Le 11 mars 1905 paraît sous ce titre dans le numéro 276 du PETIT FRANCAIS ILLLUSTRE * un article signé A.PARMENTIER.
En quelques lignes et une belle page illustrée en couleur l'auteur décrit les marionnettes et surtout parle de LEMERCIER DE NEUVILLE et de ses PUPAZZI dont il nous faudra faire un jour l'historique.
Historien , Théoricien, Auteur,Manipulateur avant-gardiste LEMERCIER de NEUVILLE réforme ( plus que révolutionne) les rapports de la marionnette et de ses publics.
En attendant que nous ayons fini le travail de recherche sur ce grand marionnettiste, voici l'illustration du journal ,qui parut en 4ème de couverture.

img777.jpg

Les Pupazzi et le théâtre de LEMERCIER de NEUVILLE sont en bas de page

Au centre son castelet et de chaque côtés Sarah Bernard et le violoniste Sivori

 

* LE PETIT FRANCAIS ILLUSTRE ( journal des écoliers et des écolières ) fondé en 1888 par le libraire éditeur ARMAND COLIN.

Partager cet article

Repost 0
Published by Guignol-Madelon
commenter cet article

commentaires