Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Guignol Madelon
  • Guignol Madelon
  • : Notre passion pour les MARIONNETTES nous a ammené à faire une collection de marionnettes anciennes de théâtre, et de faire des spectacles de GUIGNOL.C'est la vie de tout ce petit monde que nous racontons en ligne dans ce BLOG.
  • Contact

avec Lisbeth.

Drôle de passion que celle des marionnettes ,quand on tombe dedans vers 20 ans (àge ou les copains rêvaient de guitares élécriques et  de rock ) il est bien difficile de ne pas succomber à leur charme . Aujourd'hui quelque 40 ans après la rage est toujours la même et si le collectionneur prend souvent le pas sur le raisonnable  nous sommes très fiers de tout ces "enfants" au milieu desquels nous vivons.

000_0308.jpg                                                                                             

 

SOYEZ A L'HEURE

 

Pour savoir le temps que vous passez sur ce blog!!!

Mon livre d'or 

26 avril 2016 2 26 /04 /avril /2016 16:36

 Pour parler de notre nouvelle marionnette Tchéque on peut emprunter à  la Contesse de Ségur cette image ; tellement il a une bonne bouille ce Diablotin.

Marionnette à tringle de 60 cm ,tête ,corps, pieds et mains en bois, jambes et bras en tissu. On a remplacé la peau de lapin qui était à l'origine par de la fourrure synthétique (des traces de l'ancienne peau restent sous la nouvelle fourrure). A remarquer sa longue langue de cuir et ses yeux peints.

Le personnage du Diable est récurent dans la tradition des marionnettes ( En France, en Allemagne, en Italie, en Angleterre et, aussi en République Tchèque par exemple) . Souvent berné et rossé par les héros il n'en est pas moins un protagoniste incontournable. Véritable premier rôle de LA TENTATION DE SAINT ANTOINE ,il est aussi l'image de la Peur et du Mal .

Notre marionnette fait partie d'une série de Marionnettes Tchéques qui datent des années 1950.

Un bon petit Diable.
Un bon petit Diable.

Partager cet article

Repost 0
Published by Guignol-Madelon
commenter cet article

commentaires